La Maison Bigot s’installe dans le quartier Saint-Louis

Le Parisien Week-end

Boulanger-pâtissier de renom, Marc Bigot ouvre un site de production pour le salé et deux nouvelles boutiques à Versailles.

Marc Bigot est la troisième génération d’une lignée de boulangers dont l’histoire débute en 1929 en Normandie avec son grand-père. En l’espace de 12 ans, l’affaire a pris du galon, elle reçoit les honneurs du guide Gault et Millau depuis 2015, et triple aujourd’hui sa surface de vente avec bientôt 60 salariés. « La Boulangerie, c’est  notre cœur de métier ! », nous raconte fièrement Marc Bigot, secondé par Clément Buisson, compagnon du devoir en boulangerie. Avec, par exemple, plus de 4000 pains vendus à Noël, certains bio, ou sans gluten, à la graine de courge, ou autres ciabatta et bagels, sans oublier la Tradition, baguette de référence connue et reconnue. « Nous avons mis en place une gamme bio pour les sandwiches. Aujourd’hui en boulangerie-pâtisserie, on fait beaucoup de snacking, nous réalisons aussi une centaines de plats cuisinés par jour, 4 recettes différentes, servis en bocaux.».
Avec 4 boutiques existantes, et 2 en cours de travaux quartier Saint-Louis et Satory, il fallait s’agrandir avec l’ouverture du nouveau site de production traiteur, doublé d’une boutique mitoyenne, un chef (ex George V) et un second, dédiés. Ici, la viande, le poisson, les légumes et les fruits sont du marché de Versailles (« et du potager de mon père pour les légumes de saisons »).
La nouvelle carte de fêtes visite les classiques de Noël, morilles, truffes et foie gras maison, avec terrines de campagne au poivre vert, aux fruits secs, aux deux foies… A commander une bonne semaine à l’avance pour les fêtes de fin d’années.
Les férus de chocolat savent que Marc Bigot en écoule plus de 7 tonnes par an, du lacté à l’extra noir. Grands Crûs, Ganaches, marrons glacés, truffes et macarons, tout est fait maison.
Rayon pâtisserie, êtes-vous « tradis » ou plutôt modernes ? Chez Bigot, vous avez le choix : éclairs comme avant ou revisités. En 2018, si elle n’est pas glacée, la bûche sera Impériale (biscuit sans farine, croustillant, compotée de framboise et vinaigre balsamique). Craquez pour le Saint-Louis, baptisé en l’honneur du quartier, double chocolat-banane rôtie, ganache tonka et chantilly lactée ; le Caramelio ? Sans farine, nougatine, caramel beurre salé et chantilly lactée. Ou cet Ecureuil croquant, chocolat au lait et amandes torréfiés. Mention spéciale au Trianon, un macaron framboise, gourmand à en perdre la tête…
Lignée assurée. Son fils Arthur, jeune chef très créatif de 24 ans, s’engage dans les pas de son père avec son propre restaurant en Bourgogne, à Tonnerre

Boulangerie-Pâtisserie BIGOT
Tél. 01 30 21 59 58
26 rue du Général Leclerc – Versailles
En février :
19 rue de Satory, Versailles
boulangerie-patisserie-bigot.com